Le sucre aggrave l'eczema

Le sucre aggrave l'eczema

- Catégories : SANTE

La dermatite atopique se caractérise par une peau très sèche ; elle se transforme en eczéma lorsqu’elle se laisse traverser par des allergènes. Trop sèche, mal hydratée, elle ne fait plus barrage aux molécules susceptibles de déclencher l’eczéma. Et il en est de même des muqueuses qui sont également perméables. Diverses molécules sont alors capables de déclencher des poussées d’eczéma atopique. C’est le nom que l’on donne à cette pathologie qui est liée en fait à des carences en acides gras essentiels et à une mauvaise flore intestinale. Mais ce n’est pas le seul problème rencontré par les personnes qui ont cette allergie. Puisque d’autres facteurs interviennent et notamment une alimentation trop riche en sucres.
Même si  la dermatite atopique n’est pas une allergie alimentaire, certains aliments vont l’aggraver : ce sont tous ceux qui agissent sur l’acidité de la sueur et ceux qui ont une activité pro-inflammatoire. Or, l’acidité dépend en grande partie du sucre rapide absorbé pendant la digestion, tandis que l’activité pro-inflammatoire dépendant quant à elle de la qualité des corps gras ingérés.

Des études scientifiques expliquent pourquoi il faut limiter les apports en sucre en cas d’atopie.

Une étude a par exemple montré que la consommation de sucre par la femme enceinte favorise l’atopie et l’eczéma chez le futur enfant, même si lui-même ne consomme pas trop de sucre par la suite.

Plus récemment, on s’est aperçu que les personnes présentant de l’atopie avaient une altération de la tolérance au glucose. Ce point a été mis en évidence par l’étude chez trente-neuf patients atteints d'eczéma du test de tolérance au glucose par voie intraveineuse : il y a chez eux une altération de la tolérance au glucose. Cette mauvaise réaction au sucre s’expliquerait notamment par le déséquilibre d’une hormone incrétine (les incrétines sont des hormones sécrétées par les cellules endocrines de l'estomac en réponse à un repas) : le glucagon-like peptide. Cette hormone est plus élevée chez les patients atteints de la dermatite atopique.

Même si parallèlement il n’y a pas d’autre altération liée à l’hyperglycémie, on  ne retrouve pas dans les études chez les atopiques d’augmentation de l’insuline ni de risque de diabète, ni d’augmentation des autres hormones telles que le glucagon pour expliquer cette élévation anormale de la glycémie.

Un autre facteur pourrait l’expliquer : l’hyper-perméabilité intestinale qui contribue non seulement à aggraver l’eczéma en laissant passer des allergènes, mais aussi en favorisant l’absorption des sucres.

Une piste pour combattre ce problème : ECZEBIOPHILUS, un mélange de souches microbiotiques avec un prébiotique, utile dans l’atopie.


Ce complément alimentaire contribue à contrer les méfaits du sucre et de l’hyper-perméabilité intestinale dans le cadre de l’atopie, ce qui doit permettre de réduire notablement l’eczéma atopique

ECZEBIOPHILUS contient en effet certaines souches microbiotiques, dont le L. Rhamnosus, dont on connaît bien aujourd’hui le mode d’action pour prévenir et améliorer l’atopie. Lorsque ce probiotique est donné pendant la grossesse, il limite le risque de diabète gestationis. Il agirait comme facteur limitant de l’absorption du sucre au niveau intestinal et par action sur la barrière duodénale. Des études ont aussi montré que, donné pendant la grossesse, il prévient l’apparition de l’atopie chez le nouveau-né. Tout comme pendant les premiers mois de vie il empêche l’apparition de l’eczéma.

L’autre souche microbiotique d’Eczebiophilus est le lactobacillus acidophilus, également indispensable pour lutter contre l’eczéma atopique, en agissant par compétition contre les mauvais germes.

Des chercheurs ont en effet découvert que le microbiome intestinal acquis au début de la vie (c’est l’ensemble des bacilles intestinaux que le nouveau-né va développer dans l’intestin dès la naissance) influence le développement de l'eczéma atopique. Dans cette étude, il a été démontré que le microbiome module le risque d'eczéma atopique. Or à 3 semaines de vie, le microbiome des nourrissons sensibilisés aux allergènes et souffrant d'eczéma atopique, était caractérisé par un enrichissement en Escherichia coli et Klebsiella pneumoniae, associé à une concentration accrue de D-glucose dans les selles (chez 63 nourrissons âgés de 3 semaines à 12 mois présentant des cas d'eczéma comparativement à des nourrissons sans eczéma). Cet afflux de germes pathogènes peut également favoriser l’excès de libération de sucres rapides absorbables au niveau du duodénum.

La troisième souche microbiotique contenue dans Eczebiophilus est le Bifidobacterium longum. D’après de nombreuses études, sa présence dans les selles est en faveur d’une bonne santé générale. Plus les données s'accumulent, plus il est certain que l'augmentation des bifidobactéries dans le microbiome intestinal sera considérée comme un marqueur de la santé intestinale.

Enfin Eczebiophilus contient des fibres d’inuline d’agave biologique, qui servent d’excellents prébiotiques. L'effet prébiotique est désormais un fait scientifique bien établi. Le prébiotique d’inuline favorise l’augmentation des concentrations fécales de bifidobactéries. Cela améliore concomitamment la qualité des selles (leur pH, leur fréquence régulière et leur consistance). Cela réduit le risque de gastro-entérite et d'infections, améliore le bien-être général et réduit l'incidence des symptômes allergiques de l'eczéma atopique. Il a aussi été démontré que l'apport alimentaire de prébiotiques, en particulier chez les adolescents, mais aussi provisoirement chez les femmes ménopausées, augmente l'absorption de calcium ainsi que son accrétion osseuse, et la densité minérale osseuse. Ceci peut se révéler très utile lorsqu'on supprime les produits laitiers parce qu'ils augmentent ou aggravent l’eczéma.

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire